Méthodologie de l’Accompagnement Corporel en Psychosomatique Relationnelle

Méthodologie de l’Accompagnement Corporel en Psychosomatique Relationnelle

par Stanislas Godineau

L’objectif de l’accompagnement corporel en Psychosomatique Relationnelle est la subjectivation du patient à partir des situations relationnelles, conflictuelles ou d’impasse. Le cadre de cette pratique est la relation thérapeutique, la rencontre entre deux subjectivité, l’inter-subjectivité (le travail à quatre mains).

Quel est la place de l’accompagnement corporel ?

Le thérapeute a sa propre subjectivité et en fonction de la manière dont il va se présenter, il va introduire sa pratique, ce qu’il y a d’indiqué sur sa plaque, d’où l’importance et la nécessité du travail thérapeutique personnel sur soi de ce dernier et de la supervision. Dans sa rencontre avec le patient, le thérapeute récupère l’histoire de ce dernier et effectue l’anamnèse tout au long de l’accompagnement. Celle-ci commence avec l’analyse de la demande, le pourquoi, quand et comment et les raisons du choix de ce thérapeute. La lecture se fait selon trois axes principaux inséparables:

  • Le fonctionnement du patient
  • La ou les situations relationnelles
  • La pathologie organique, fonctionnelle ou relationnelle (ce qui fait symptôme)

Ainsi dans le choix de l’accompagnement corporel on va réfléchir au quand, pourquoi et comment à la lecture du patient.

Selon Pierre Boquel le fonctionnement subjectif renvoi principalement aux lien entre Conscience Onirique et Conscience Vigile, la conscience émotionnelle, qui se défini comme la capacité du sujet à identifier et nommer ses propres émotions. Le fonctionnement subjectif est le lien entre la conscience émotionnelle et la différenciation du sujet dans la relation. Quelles représentations sont liées à ses ressentis, comment le sujet existe t-il à lui-même et au monde. En effet, l’adaptation au monde extérieur est le lien que le sujet entretien avec sa souffrance et comment il la représente.

Le travail de subjectivation est un travail de différenciation et l’accompagnement corporel s’effectue en fonction de la différenciation du sujet et de sa conscience émotionnelle. Elle est très intéressante dans les cas de proto alexithymie.

Deux possibilités:

  • Il y a un déficit langagier, c’est à dire des difficultés à exprimer ses souffrances et une altération des fonctions de l’imaginaire
  • Le sujet développe une subjectivité où la conscience vigile domine et il y a un sur-investissement du langage, très prolixe et très intellectuel.

C’est une position défensive mise en place quand la situation est vécue comme pouvant entraîner la perte de soi ou de l’autre.

La médiation corporelle arrive au rythme du patient

Elle a pour but de relancer la fonction représentative, la fonction imaginaire et affective. Elle part du corps du patient et de ce qu’il ressent pour faire le lien avec la pensée, l’émotion, la situation passée et présente. L’objectif est de relancer la fonction émotionnelle en réinvestissant le corps du patient et en portant l’attention aux sensations afin de reconnecter le langage au corps (émotion).

Il y a subjectivation à partir du corps. Le corps a la possibilité relationnelle, c’est un schéma de représentation, le support d’où on essaie de faire ressortir des images, des pensées, de l’énergie, de l’affect et des paroles (concept du corps propre)

 

Les commentaires sont fermés.